mercredi 22 février 2017

L’Echo de Proveyzieux fourmille toujours de projets et d’idées autour de sa publication



L’Echo de Proveyzieux (avec un Z !) a réuni ses membres pour son assemblée générale annuelle. L’Echo, comme tout le monde l’appelle au village, c’est un journal trimestriel, désormais entièrement en couleur, lien entre les habitants d’ici ou partis ailleurs, les associations.
Le premier numéro de cette revue est paru au printemps 1975, bientôt deux générations. Il n’était alors qu’une émanation de l’Amicale de Proveyzieux qui, sous la houlette d’André Paquet, aujourd’hui disparu, lançait cette petite revue.
En 1983, l’Amicale ne pouvant plus assurer la régularité de la publication, elle décidait de passer la main. L’Echo prenait ainsi son autonomie avec la création de l’association du même nom, qui existe toujours et qui se réunissait récemment pour son bilan annuel.
Comme l’ont bien montré les différents rapports, l’Echo se porte plutôt bien et ceci malgré une équipe relativement réduite en nombre. Les idées ne manquent pas, même s’il faut parfois courir après les rédacteurs et les photographes.
Les membres de l'Echo, entourés du public
Quatre numéros ont donc ponctué l’année 2016 au fil des saisons, l’équipe s’efforçant de trouver un thème porteur pour chacun. Le réchauffement climatique, avec les impacts sur la flore et la faune de notre massif de Chartreuse, notamment,  la migration des oiseaux ; les récits de voyages de proveysards à l’autre bout du monde ou les itinéraires des randonnées préférées des chartroussins. Le numéro de l’automne a aussi fait la part belle au four à pain associatif terminé pour la fête de l’automne. Les différents articles ont décrit l’ambiance qui régnait autour de cette construction et les relations qui se sont tissées entre les bâtisseurs, les Anciens ou les voisins. La face cachée de l’Euro 2016 de football, vécue par le président de l’association qui était au cœur du dispositif ou les souvenirs de la classe de mer à Valréas, autant de sujets et photos à conserver pour les prochaines générations.
Et puis, il y a aussi des projets pour les prochains mois, comme cette réflexion ambitieuse sur le thème « Qu’est-ce qu'être Proveysard aujourd’hui ? » (voir ci-dessous).
Les quatre numéros publiés en 2016
L’Echo, en ce début 2017, ce sont 180 numéros, distribués presque essentiellement par des bénévoles qui assurent ainsi le lien avec les habitants de chaque hameau. Qualité oblige, l’association a aussi décidé, au cours de l’année 2016, de s’assurer les prestations d’une graphiste/maquettiste. Des finances permettant d’envisager l’avenir sans trop de soucis, 173 adhérents au compteur, les lecteurs, c’est une équipe motivée qui est repartie pour un an.
Le bureau, entièrement féminin, a été partiellement renouvelé avec le départ de Denis Navizet, ancien président. Il est composé de Milly Wong, présidente, Françoise Perroud, secrétaire, et Nicole Bertrand, trésorière. A l’Echo non plus, la parité n’est pas respectée !

Qu’est-ce qu'être proveysard, 
un grand thème lancé pour 2017 

Le numéro d’hiver, paru fin décembre, reprenait des interviews d’anciens proveysards qui ont été la mémoire du pays sur la vie telle qu’elle était dans les années 30, faite d’activités qui paraissent hors du temps comme l’extraction de la terre réfractaire ou le débardage forestier avec les bœufs ou les vaches. Un article sur l’ancienne distillerie de liqueur de Chartreuse à Fourvoirie a aussi retracé la destruction subite de ce site par un glissement de terrain et sa lente et partielle  réhabilitation par un groupe de bénévoles.
Ces articles avaient un autre objectif : lancer le grand thème qui tient à cœur à l’équipe de l’Echo : « Qu’est-ce qu'être proveysard ? ». Il sera le fil conducteur de l’année 2017.
Une déclinaison temporelle : hier, avec le dernier numéro d’hiver, aujourd’hui, sera celui du printemps 2017 et demain sera celui de l’été. Une soirée publique, ouverte à tous, sera par ailleurs organisée le vendredi 12 mai sur ce thème où chacun pourra pleinement s’exprimer.
Hervé Gumuchian, ancien professeur à l'Institut de Géographie Alpine et membre du conseil scientifique du Parc de Chartreuse, et Jean-Paul Bozonnet, sociologue, animeront ce débat.

samedi 18 février 2017

Fermeture provisoire des voies d'escalade de Rochepleine à Saint-Egrève

En 2007, une partie de la falaise était déjà tombée
Dans la première semaine de février, un bloc rocheux de 5 à 10 m3 s'est détaché de la paroi de la falaise d'escalade de Rochepleine. En conséquence, une partie du site est provisoirement fermé. Il est donc désormais interdit de grimper sur ciq secteurs :

  • secteur 3 : la paroi centrale et la dalle d'Help
  • secteur 5 : les gros surplombs
  • secteur 7 : la bombée et la lycose
  • secteur 8 : Le rocher du mandrin
  • secteur 9 : La paroi de l'amazone
Cette interdiction ne prendra fin qu'après expertise et mise en sécurité du site.

mercredi 15 février 2017

Grosse affluence pour la dixième édition de la soirée raquettes tartiflette autour du four communal

Les consignes aux randonneurs avant le départ

Ce samedi, l’Amicale de Proveyzieux organisait sa traditionnelle soirée raquettes tartiflette, une animation désormais connue et dont on fêtait le dixième anniversaire. Pour cette sortie au clair de lune, ou presque, ils étaient plus d’une centaine à se répartir dans trois directions, de Charpenet à Morachiat, à la découverte de ces lieux-dits qui font le charme de nos villages.
Pause apéro

La neige faisant défaut, on a, pour le coup, laissé les raquettes au râtelier, une habitude que l’on a pris depuis quelques années, réchauffement climatique oblige !
Pendant deux heures, les randonneurs sont donc partis pour cette balade vespérale à la lueur des frontales, une occasion de se mettre en appétit pour attaquer la gigantesque tartiflette qui les attendait à la salle des fêtes.
Le vin chaud à l'arrivée
Le four a été utilisé pour la première fois pour cuisiner les plats de tartiflette

Les bénévoles cuisiniers de l’Amicale ont innové cette année, puisque les plats ont été cuisinés dans le tout nouveau four communal construit l’été dernier, un élément architectural et social qui apporte forcément un plus pour les animations du village (*).
René était au four

Ils étaient très nombreux réunis dans la salle des fêtes

Dans la salle des fêtes, il fallait jouer des coudes pour trouver sa place, et la qualité gustative du plat principal a réjoui tout le monde..
Le service des tartiflettes
Christian Besançon, le président de l’Amicale, représentant tous les bénévoles qui se sont investis tout au long de la journée pour ce moment sportif et festif, a remercié l’assistance tout en lui donnant rendez-vous pour les prochaines manifestations, plus culturelles celles-ci, avec deux spectacles théâtraux les 10 et 18 mars et la venue du groupe vocal, « La Solorma », le 8 avril à l’église, des événements dont on reparlera.

(*) Le four communal sera inauguré le 1er avril 2017. Plusieurs manifestations seront prévues autour et certaines associations, comme l’Amicale, prévoient aussi des animations autour dès le printemps.

samedi 11 février 2017

Franc succès du vide grenier en faveur de l'opération "Revivre au Langtang"

Dimanche 5 février, il y avait, dès l'ouverture des portes de l'espace Robert Fiat à Saint-Egrève, une forte affluence pour cette 2ème édition du vide grenier solidaire organisé par l'association locale "Tibétains et Peuples de l'Himalaya" créée fin 2009 et présidée par Jean-Gilles Marin (Saint-Egrèvois) qui compte 120 adhérents.
Une soixantaine d'exposants se partageaient ainsi l'espace Robert Fiat où, sur les nombreux stands, les visiteurs ont pu faire de bonnes affaires et dénicher des objets à des prix très modiques (vêtements, vaisselle, laine, bibelots, livres...). " Le but de ce vide grenier est une opération d'aide que nous avons mise en place en avril 2015 après le séisme qui a frappé le Népal. Nous soutenons l'association "Revivre au Langtang" un petit village complètement enseveli où, parmi les survivants, 116 familles étaient à reloger. Elles se sont constituées en comité et près de deux ans plus tard, avec des associations comme la nôtre et leur grande capacité de résilience, ces familles sont pratiquement toutes relogées. Nous avons pu constater dernièrement l'avancée les travaux : la moitié des maisons étant rebâties en dur et l'autre moitié en partie habitable. Pour cette opération nous avons organisé plusieurs évènements sur ces deux années (repas népalais, vente d'artisanat, vide grenier...) et nous avons collecté 75 000 euros sur cette période..." expliquait très satisfait le président de l'association.
Ce second vide grenier solidaire, dont les bénéfices seront reversés au comité de reconstruction de l'association "Revivre au Langtang" doit aussi sa réussite, ainsi que les autres manifestations organisées tout au long de l'année, à l'implication et la mobilisation d'une quinzaine de bénévoles très actifs.
Pour en savoir plus avec TPH, cliquer ici
Pour tout contact : 09 75 88 71 32. - Courriel : tph38120@yahoo.fr

A noter : L'association Tibétains et Peuples de l'Himalaya sera présente à la Vence Scène le mercredi 22 février pour la diffusion du film "Kalo Pothi" dans le cadre des rencontres cinématographiques "A vous de voir".
Article Dauphiné Libéré : Sylviane Gros




mercredi 8 février 2017

L'eau de votre robinet est-elle de bonne qualité ?

L'association UFC Que Choisir vient de publier une enquête sur la qualité des eaux distribuées par vos réseaux. Il en ressort que si l'immense majorité des consommateurs peut boire une eau du robinet conforme aux normes de potabilité, il vaut toujours mieux vivre en ville que dans un village ou une zone de cultures intensives. Cela se vérifie aussi dans l'agglomération grenobloise.
L'étude a porté sur les analyses effectuées de février 2014 à août 2016 dans les 36 600 communes du territoire. Deux ans et six mois d'enquêtes et plus de 3.6 millions de bulletins d'analyses exploités.
Vérifiez la qualité de l'eau potable distribuée dans votre commune et dans ses alentours sur la carte interactive synthétisant le niveau de conformité pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques définis par la réglementation.
Vous pouvez consulter cette carte en cliquant ici.
Quelle eau boire ? Au robinet, en bouteilles ou eau filtrée ? Pour y voir plus clair vous pouvez aussi consulter le dossier de Que Choisir.

lundi 6 février 2017

Le Panier Proveyzard avait invité Bruno Chaumier, producteur d'agrumes et ... militant. Rencontre avec cet agriculteur hors normes



L’association Le Panier Proveyzard s’approvisionne en agrumes, avocats et autres noix auprès de Bruno Chaumier, producteur français installé depuis 30 ans en Espagne.


Agriculteur exigeant, il est convaincu que son mode de gestion (exempts de produits chimiques, frugalité en eau et amendements naturels) a une importance significative sur la capacité des sols à produire des denrées de qualité, saines et qui rassasieront ceux qui vont les consommer.
En venant nous parler de son travail, il a souhaité transmettre l’importance d’agir en respectant les ressources naturelles et en nous montrant les bénéfices qui en résultent, profitables à tous.

Le maître mot de Bruno est la maturité

Il cueille ses fruits mûrs pour qu’une fois dans nos assiettes, ils libèrent tous leurs arômes et leurs bienfaits (les fruits verts sont moins nourrissants).
Revers de la médaille : ils voyagent mal. Alors il est nécessaire de surveiller votre commande pendant les 15 jours qui suivent l’arrivage et de consommer rapidement les fruits talés. Les autres pourront se conserver longtemps chacun à sa température optimale (on a même droit une note explicative !)
Les fruits de la grande distribution (même bio) sont récoltés verts et sont conservés en chambre froide pour des facilités de travail (ramassage, stockage, livraison) et pour allonger les saisons de consommation.
Bruno cultive des variétés différentes dont des maturités sont décalées. C’est pour cela que l’on ne retrouve pas les mêmes goûts entre des oranges ou avocats de janvier et ceux livrés en mars.


Ici, consommer c’est militer

 En plus d’éduquer n(v)os papilles, il perpétue la tradition d’une agriculture liée aux exigences du territoire (montagneux et aride de l'Espagne du Sud). Le travail est dur et surtout moins rentable qu’une agriculture de plaine avec laquelle ses produits et ceux de ses voisins sont directement en concurrence sur le marché de l’exportation.
Résultats : les terrains longtemps labourés sont abandonnés mais ils ne reviennent pas pour autant à  leur état initial. Au contraire, ils se ravinent, ne jouent plus leur rôle de réserves de biodiversité et de régulateur du climat (couvert végétal - ilot de chaleur).
Bruno essaie d’acquérir ces terrains (location) pour continuer à varier les cultures et redonner vie au sol en semant des engrais verts et autres productions annuelles aux pieds des fruitiers. Des composts de feuilles ou branchages conservent l’humidité au pied des arbres.
La manière de cultiver de Bruno est un acte militant, c’est pourquoi le panier Proveysard prélève une contribution de 2% du montant des commandes qu’il reverse ensuite à l'association "Terre de Liens" qui achète des terrains pour les mettre à disposition d’agriculteurs qui veulent s’installer en agriculture bio.
Compte-rendu : Jocelyne Duret

« La Chartreuse sans le ski alpin, ce n’est plus la Chartreuse ! »

Le domaine skiable Cœur de Chartreuse prêt à remonter la pente en jouant la diversification
Reprise de compétence, nouveau directeur et nouveaux objectifs : le domaine skiable Cœur de Chartreuse ouvre l’année 2017 sur de nombreuses perspectives, et quelques défis à relever. Entre enneigement artificiel et développement des activités, les nouveaux gestionnaires font le point avec confiance. (...)
A lire sur le site de Place Gre'Net...

dimanche 5 février 2017

Vous sentez-vous Proveysard ? Exprimez-vous

Dans le cadre de l’élaboration du prochain numéro de l’Echo de Proveyzieux dont le thème est « Qu’est ce qu’être proveysard aujourd’hui ? », l’équipe de rédaction souhaite recueillir des témoignages et entend ainsi faire appel aux habitants mais aussi aux personnes qui ont un lien affectif avec le village de Proveysieux.
Accepteriez vous de participer à ce numéro en répondant à la question :
« Comment vous ressentez vous proveysard aujourd’hui ? »
Vos textes sont à envoyer par courriel à l'adresse suivante :
Les réponse sont souhaitées avant le 26 février 2017.
Vous pouvez aussi contacter un des membres de l'Echo pour interview, mais le mieux est de l'écrire.

Sur le même thème, une soirée est prévue à la salle des fêtes de Proveysieux le 12 mai 2017.

                                                                      L’équipe de l’Echo

Vide grenier le dimanche 5 février de 9h à 17h à la salle Robert Fiat de Saint-Egrève

Tibétains et Peuples de l’Himalaya organise ce dimanche un vide-grenier au profit des Népalais victimes du séisme d'avril 2015.

mercredi 1 février 2017

La Vence Scène fête le cinéma avec son festival « A vous de voir » du 17 au 22 février

Du 17 au 22 février 2017, La Vence Scène, à Saint-Egrève propose la 2° édition des rencontres cinématographiques " A vous de voir". 
Au programme, 6 jours intenses autour du 7ème art, rythmés par des avant-premières, des rencontres, des animations. 
Pour cette deuxième édition, qui célèbre le cinéma mais aussi le spectacle vivant, le fil rouge sera « Musique et Cinéma » !
Six jours de fête, avec en ouverture un concert de l'Unisson sur des airs incontournables du 7ème art !
Le programme éclectique préparé avec l'aide et le soutien actif des associations culturelles saint-égrévoises et de différents partenaires vous invite  à danser sur les pas de « La La Land » ou de « Paris pieds nus », à chanter sur « Tous en scène », à faire résonner les surdos après un « Professeur de violon », mais aussi à déguster un repas partagé suite au « Potager de mon grand père » ou à rencontrer la réalisatrice d' « Un Paese di Calabria ».
Au total ce sont 34 films dont 9 avant-premières et 10 films jeune public qui combleront petits et grands. De nombreuses animations et surprises orchestrées par la Compagnie des Gentils vous attendent également tout au long de l'événement.
Programme détaillé en cliquant ici.

mardi 31 janvier 2017

Raquette et tartiflette dans la même soirée

Comme chaque année, l'Amicale de Proveyzieux organise sa traditionnelle soirée raquettes et tartiflette.

Au programme, une balade nocturne d’une heure environ, au départ de la salle des fêtes de Pomarey à Proveysieux en raquettes si la neige est là, sinon, ce sera en baskets.
En fonction du nombre de participants, deux ou trois groupes et trois itinéraires sont envisageables et... envisagés : un facile, un moyen et un plus sportif.
Le repas tartiflette sera pris ensuite dans la salle des fêtes (apéro/vin chaud, salade, tartiflette cuite dans le nouveau four à bois, salade de fruits, café/ infusions).
La balade est réservée aux personnes en bonne santé et correctement équipées.
 

Des tartiflettes cuites dans le four associatif 
Grande nouveauté pour la session 2017 : la tartiflette au reblochon de Savoie sera cuite au feu de bois dans le tout nouveau four associatif.

La date : samedi 11 février à 18 h à la Salle des Fêtes de Pomarey.
L’inscription est conseillée pour le 8 février au courriel suivant : amicale.proveyzieux@laposte.net ou auprès d’un membre de l’Amicale.
Tarif : 12€ , Ados (-de 15 ans) : 7€, Gratuit moins de 10 ans
Tél. : 04/76/56/85/23 - 04/76/56/84/11 - 04/76/56/84/89

lundi 30 janvier 2017

Programme de l'Atrium du Fontanil pour ce début février février

Swingirls
JEUDI 2 FEVRIER 2017 – 20 h 30


Sorties tout droit de la France de la Libération, les Swingirls décapent le jazz d’après-guerre. Leur show endiablé, fait de compositions originales en français et de tubes détournés, surprend par son explosivité, sa finesse, ses délires, sa sincérité, son humour et son orfèvrerie musicale. Un ovni inclassable entre swing, clown, chanson à texte, cartoon, musique de chambre et pop-rock échevelé… le tout dans le plus pur style vocal swing : le close harmony. Plébiscitées par le public, elles tournent dans le réseau international francophone. Avec ces trois pin-up rétro mordues de swing, décoiffage et émancipation féminine sont assurés !



Neeskens
VENDREDI 3 FEVRIER 2017 – 20 h 30

NEESKENS propose une folk emprunte de mélodies et de rock dans la lignée de Jeff Buckley, Nick Drake, Andrew Bird, Damien Rice. Sa voix exceptionnelle porte les émotions tandis que son band de musiciens complices assure le groove. Imprégné des grands espaces de son enfance passée au Québec, il vit à Annecy au milieu des montagnes et de la nature, sources intarissables d’inspiration de sa musique et de ses textes.
« De sa voix chaude, il chante des complaintes folk pleines de vécu que n’auraient pas renié Joe Purdy ou Damien Rice » - Les Inrocks.

 Réservations : 04 76 23 57 09 – contact@alpesconcerts.com

vendredi 27 janvier 2017

Toujours la pollution !

Grenoble est victime d’un pic de pollution encore plus sévère que les précédents. Le 25 janvier le niveau des particules PM10 a atteint 68 microgrammes par m3 et celui des PM2,5 (les plus dangereuses), 61 μg/m3
Selon l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air « Atmo -

Auvergne-Rhône-Alpes » : « Le bassin grenoblois est en alerte pollution comme la quasi-totalité de l’ex-région Rhône-Alpes en raison du cocktail froid et beau temps peu favorable à la dispersion des particules fines. A cela s’ajoute la venue de poussières sahariennes.
La vision de la cuvette grenobloise des hauteurs
Le 24 janvier il y a eu une pointe à 3 h du matin qui a atteint 82 μg/m3 pour les PM10 et 76 μg/m3 pour les PM2,5. Pas étonnant que beaucoup d’habitants ne se sentent pas bien.
Depuis le 1er janvier 2017, jusqu’au 27 janvier, le dispositif préfectoral (information ou alerte) a été activé 10 fois dans le bassin Grenoblois, qui est le bassin le plus activé derrière le bassin de la vallée de l’Arve (activé 12 fois).
Source : http://www.ades-grenoble.org/wordpress/

A Proveysieux
Pour connaitre la qualité de l'air sur Proveysieux, cliquer ici. (désormais en lien en haut à droite - au moins pendant les périodes de pollution forte).

jeudi 26 janvier 2017

Accident de randonnée mortel dimanche dernier dans le massif du Granier

Le Mont Blanc vu du Granier en été
Une randonneuse de 58 ans s'est tuée lors d'une randonnée en Chartreuse, dans le massif du Granier dans le Nord du massif. Elle a perdu la vie lors d'une randonnée en raquettes après avoir glissé et sauté une barre rocheuse.
A lire sur le site de France Info

Pour la protection hivernale du tétras lyre

Un groupe de travail "Chamechaude - Charmant Som" s'est réuni fin 2016 autour de la préservation du tétras-Lyre (ou petit coq de bruyère). Des zones de quiétude hivernale ont ainsi pu été définies.

Tous les acteurs et usagers du territoire se sont mobilisés au cours des deux premiers groupes de travail. Les accompagnateurs en moyenne montagne, pratiquants de sports de nature, chasseurs, ONF, Club alpin, station de trail, associations de protection de la nature, fédération des alpages de l'Isère, Conseil Départemental ont proposés de travailler en priorité sur les zones de quiétude hivernale de Chamechaude et du Charmant Som car des actions ont déjà été menées sur ces secteurs sur la chasse (plus de chasse), le pastoralisme et les câbles dangereux...
A partir des inventaires des zones d'hivernage du tétras-lyre et des parcours de ski de randonnée connus des zones de quiétude hivernale ont été définies. Des panneaux de signalisation vont être installés cet hiver pour que les pratiquants puissent les visualiser. Si vous souhaitez participer au groupe de travail, vous pouvez contacter Paul Boudin sur : paul.boudin@parc-chartreuse.net
Voir la carte des zones retenues

mardi 24 janvier 2017

A la découverte de la truffe de Chartreuse

Le diamant noir, c'est ainsi que l'on nomme la truffe dans le milieu.... A lire et écouter en podcast sur le site de la radio "Radio Couleur Chartreuse"..
*******************************
C’est le grand retour de la truffe en Chartreuse ! Car peu aujourd’hui le savent, la truffe a une histoire ancienne dans notre massif. Elle était si présente encore au début du 20ème siècle qu’on dit qu’elle a pu servir à nourrir les cochons. Même si le chartrousin a parfois tendance à l’instar du marseillais à extrapoler quelque peu, des archives historiques montrent en tous cas une production annuelle chiffrée en tonnes. Mais la vigne censée remonter le moral des poilus et les pesticides conséquemment répandus sur celle-ci après les expériences chimiques de la Grande Boucherie, ont eu raison d’une denrée dont le Périgord a su lui, s’attribuer les mérites en en faisant la cerise sur un gâteau nommé foie gras. Toutefois quelques fadas locaux et néanmoins gourmets ont su voir dans le fameux diamant noir une opportunité de redorer le blason de la gastronomie locale tout en entrevoyant la possibilité de compléments de revenus pour des agriculteurs de montagne que seule la qualité peut sauver du marasme..


Pour écouter le podcast, cliquer ici.
Vous pouvez aussi consulter le site Internet d'André Coulon, la Catananche cartusienne

lundi 23 janvier 2017

Rencontre avec le prieur général de la Grande-Chartreuse

Le journal "La Croix" a rencontré Dom Dysmas de Lassus, prieur général du monastère de la Grande-Chartreuse, à l’occasion de l’Année de la vie consacrée. Le religieux fait mieux comprendre les ressorts d’une vie qui peut échapper à l’entendement.
A lire en cliquant ici.

Où sont passés les petits oiseaux ? A Proveysieux, on constate aussi une baisse effective

Mésanges, rouges-gorges et même moineaux ont disparu de nos jardins cet hiver. La faute à la météo, selon la Ligue de protection des oiseaux..
Si les hirondelles font le printemps, les petits oiseaux nous rappellent que l’hiver est arrivé. Mais cette année, la plupart des jardins, terrasses, balcons et rebords de fenêtres ne s’égaient plus de leurs gazouillis. Pas de passereaux. Exit les mésanges, rouges-gorges, rouges-queues, merles et même les moineaux. « Dès que les températures ont commencé à baisser, en novembre, j’ai installé des tournesols dans la mangeoire et des boules de graisse. Mais tout est resté intact, alors qu’il y a plein d’oiseaux d’habitude », s’étonne Michel, de Belfort. « J’ai pensé que les pies et les chats avaient mangé les petits. Mais, en discutant avec des amis, je me suis rendu compte que la situation était la même chez eux. »
« Le phénomène est étendu », confirme Pascal Philip, technicien de nature de proximité à la LPO (Ligue de protection des oiseaux), à Besançon. « Nous avons des retours analogues de nos observateurs ou de particuliers du Territoire de Belfort, du Doubs, du Jura, mais aussi de Lorraine et d’Alsace. » Bref, tout le grand Est, et même les autres régions, sont touchés par la disparition des oiseaux de nos jardins. « La présence de pies et de corneilles peut avoir un impact », précise Pascal Philip, « mais il serait localisé. » Idem avec d’éventuelles maladies. « Les passereaux ne sont pas touchés par la grippe aviaire. »

Les uns sont déjà partis, les autres pas encore arrivés

Le spécialiste avance plusieurs explications pour comprendre le phénomène. « Le printemps a été pluvieux et la reproduction s’est avérée médiocre chez beaucoup d’espèces. Il faudra plusieurs années pour revenir à des niveaux de populations normaux. Chez les reptiles, par exemple, les fortes gelées de 2012 ont entraîné une hausse de la mortalité. Quatre ans après, la courbe des naissances n’est toujours pas revenue au niveau de 2011. »
Seconde explication : les petits migrateurs ne sont pas encore arrivés chez nous. « Les passereaux du Nord de l’Europe ont connu des conditions assez clémentes jusqu’à présent avec peu de neige. Ils sont donc restés chez eux. » Troisième point : les oiseaux de nos régions sont déjà partis. « Avec les nombreuses pluies en automne, ils se sont envolés plus tôt pour des pays plus chauds. La plupart des oiseaux migrent du nord au sud. »
Pascal Philip reste optimiste. « Les passereaux vont arriver. Il faut donc continuer à leur proposer du tournesol, bio de préférence, et attendre. On peut poursuivre le nourrissage jusqu’en mars ou avril, le temps que les baies et les insectes reviennent. Et ne pas oublier de leur proposer de l’eau, tous les jours. »
« Il faut maintenant espérer que le printemps sera clément pour que de nombreux oisillons puissent éclore », espère Pascal Philip.

samedi 21 janvier 2017

Un nouveau président pour les Etats Unis

Mêmes eux ils ont du mal à  y croire

vendredi 20 janvier 2017

Conférence de Bruno Chaumier, producteur d'agrumes bio ce dimanche à Pomarey

L'association "Le panier proveyzard" organise une rencontre avec Bruno CHAUMIER, producteur d'agrumes d'Andalousie qui fournit les adhérents en agrumes, avocats, mangues et autres produits bio. Il viendra nous parler de sa manière de cultiver oranges, citrons, avocats... et tout le reste, avec le soleil, sans arrosage (ou presque). Une conférence à ne pas rater.

Elle aura lieu ce dimanche 22 janvier à 17h30 à la salle des fêtes de Pomarey à Proveysieux.
Bruno Chaumier avait déjà été invité à Proveysieux était déjà venu en mars 2011. Vous pouvez retrouver l'article compte rendu de cette rencontre en cliquant ici.

jeudi 19 janvier 2017

Deuxième édition du "Micro Brassens Festival" le 28 janvier au Sappey en Chartreuse

Après une première édition couronnée de succès sous un soleil de plomb, c'est au cœur de l'hiver,dans la salle des fêtes, qu'aura lieu la deuxième édition du Micro Brassens Festival.
Venez fêter la chanson francophone et les musiques actuelles samedi 28 Janvier à la Salle des Fêtes du Sappey en Chartreuse. De "Flamand Rose" à "Frap' Maow", de nombreux talents locaux seront à l'honneur, ainsi que la danse avec la compagnie "Agathe, Tiens Toi Droite !"
Ouverture des portes en musique dès 18h. À déguster sur place: Chili Con Carne "maison", bière et vin.
Le village du Sappey en Chartreuse vu du sommet de l'Ecoutoux

mercredi 18 janvier 2017

Primaire citoyenne de la gauche

L'élection des primaires citoyennes visant à désigner le candidat de gauche pour l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017, aura lieu dimanche 22 janvier pour le premier tour et dimanche 29 janvier pour le deuxième.

Pour les électeurs du canton, les bureaux de vote seront situés à :
  • LE PATIO 1 - AVENUE DE LA MONTA 38120 ST EGREVE, pour les électeurs de Saint-Egrève, Proveysieux, Mont Saint Martin et Le Fontanil Cornillon.
  • DOJO INTERCOMMUNAL - 3235 RUE DU PETIT LAC 38950 ST MARTIN LE VINOUX pour les électeurs de Saint Martin le Vinoux et Quaix en Chartreuse
Les bureaux seront ouverts et 9h à 19h.
Plus d'infos en cliquant ici.

mardi 17 janvier 2017

A Proveysieux, des vœux largement tournés vers la METRO et les associations


Pour les vœux de la mairie, il faisait un temps à ne pas mettre un proveysard dehors, ce qui s’est largement vérifié puisque l’assistance était plus que réduite, essentiellement représentée par quelques élus et membres d’associations locales, soit une trentaine de personnes au total.
Pour débuter son discours, Christiane Raffin n’a pas manqué de revenir sur cette année 2016, « année funeste qui laisse, une fois de plus, un goût amer derrière elle… » faisant ainsi écho aux attentats dans notre Hexagone, mais aussi sur notre planète, des méfaits qui ont mis fort à mal notre démocratie.

Le maire a ensuite laissé une grande place dans son discours à Grenoble Alpes Métropole, ceci en présence de Christophe Ferrari, son président, qui a écouté avec attention les différents messages et remarques. On a ainsi entendu parler du PCS, de la CLECT, du POS qui est maintenant le PLU et qui va devenir PLUI, du PADD, des abréviations ou acronymes définissant des objectifs, des plans, des commissions ou des compétences de la METRO, des notions sans doute assez éloignées des préoccupations du citoyen proveysard. « 2016 fut une nouvelle année de transition après le passage en Métropole. Il a fallu continuer à intégrer la redistribution des missions, tant sur le plan budgétaire qu'au niveau des compétences transférées, des procédures complexes, dont la lisibilité n'est pas toujours évidente, surtout pour les usagers et les administrés… » précisait le maire. Elle est ainsi revenue sur les compétences devenues métropolitaines au 1er janvier 2015 : l'eau potable, la création et l'entretien simple de la voirie, les réseaux d'eaux pluviales, les bornes à incendie, la distribution publique d'électricité.

Faisant transition entre METRO et commune, le maire rappelait que Proveyzieux est devenue « commune apaisée », généralisant la vitesse à 30 km/h sur toutes les routes ex-communales et sur des tronçons de la route départementale particulièrement dangereux et potentiellement accidentogènes. Un panneau-radar, récemment posé en face de la mairie, rappelle d’ailleurs à chacun cette règlementation. 
Autour du maire et des élus proveysards, Pierre Faure, maire de Quaix, Pierre Ribeaud, conseiller départemental et député et Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole.
Différents projets ont abouti au cours de cette année écoulée, des projets devenus réalité et sur lesquels Christiane Raffin est revenu : la réfection du sol du gymnase, le remplacement du camion communal et … du photocopieur, l’achat de 10 tablettes tactiles pour l’école et l’embauche d'un agent supplémentaire pendant la pause méridienne.
Pour conclure sur  les bilans des projets communaux, le maire a parlé du dossier relatif à la réfection de la toiture de l'école, des travaux prévus pour l'été 2017 actuellement en cours de recherche de subvention.

Le four à pain,
un vecteur de liens sociaux
Revenant sur un domaine plus local, Christiane Raffin a rendu un hommage appuyé au Comité des fêtes et aux associations partenaires, un collectif qui a monté le projet de four à pain devenu réalité à l’automne dernier. « Un four à pain traditionnel est vecteur de création de liens sociaux et de convivialité entre toute la population, enfants, jeunes, adultes et anciens. Garant de la conservation des traditions, de la valorisation de la consommation et du produire local, c'est un centre d'animation au sein de la commune ». Cette reconnaissance, quoique tardive, a quelques peu rassuré les représentants d’associations qui, au fil des mois, n’avaient pas senti un soutien appuyé des élus pour le projet. Christiane Raffin n’a d’ailleurs pas hésité à insister et revenir sur les projets qui ont fédéré les habitants au cours des décennies passées : « Il  est de tradition à Proveysieux que les associations et les bénévoles soient acteurs de grands projets sur la commune. Pour mémoire, je n'en citerai que deux : en 1966, l'implantation du téléski de Planfay, à l'origine de l'Amicale et la rénovation et l'embellissement de l'église de 1990 à 1994, qui a généré un grand élan des Proveysards pour la sauvegarde d'un bien de notre patrimoine commun ».
Avant de conclure ses vœux, l’édile a aussi tenu à remercier tous les acteurs de la commune, employés et associatifs, du CCAS ou de la bibliothèque, des associations aux employés communaux, qui font de ce village un lieu où il fait bon vivre.