vendredi 19 janvier 2018

Découvrez une des cabanes les plus célèbres du massif de Chartreuse, décor de plusieurs films célèbres


L'émission "Si on parlait" diffusée mercredi 17 janvier 2018 sur les antennes de TéléGrenoble a accueilli Jean Lovéra, maire de Sarcenas et Marc Zini, cinéaste de documentaires. Ils sont venus parler de cette fameuse cabane située sur la commune du Sappey en Chartreuse, sur le chemin de l'Emeindras, qui a servi de décor a de nombreux films dont "Buffet Froid" avec Gérard Depardieu, Jean Carmet et Bernard Blier.

Marc Zini en a fait le sujet d'un documentaire, "Une cabane en Chartreuse", qui sera diffusé sur TéléGrenoble samedi 20 janvier à 15h et dimanche 21 janvier à 20h30. 
Voir aussi l'émission de TéléGrenble présentant le doc. en cliquant ici

mercredi 17 janvier 2018

Combien d'habitants dans nos communes ?

Chaque année depuis 2006, l’INSEE publie les données des recensements sur les populations légales des communes. Il y a deux définitions des populations légales : la population municipale qui comprend les personnes qui ont leur résidence habituelle dans la commune (c’est la population à prendre pour juger de la population normale) et la population totale qui ajoute à la précédente la population dite « comptée à part ».
Avant 2006, les recensements étaient réalisés environ tous les 7 ans en enquêtant sur l’ensemble des habitants. Depuis 2006, dans les villes de plus de 10 000 habitants, chaque année seulement 8% de la population est enquêtée et une moyenne est faite sur 5 années. Ainsi les chiffres de l’année 2015 sont issus des enquêtes de 2013 à 2017.
Dans les communes de moins de 10.000 habitants, où le recensement a lieu tous les cinq ans, la campagne sera menée du 19 janvier au 18 février 2018. Dans les communes de plus de 10.000 habitants, où l'enquête a lieu chaque année sur un échantillon de 8% de la population, elle se déroulera jusqu'au 25 février.
 
Voici les derniers résultats pour nos communes du Balcon Sud de Chartreuse :
  • Le Sappey-en-Chartreuse : 1 119
  • Quaix-en-Chartreuse : 906
  • Proveysieux : 503
  • Sarcenas : 196
  • Mont-Saint-Martin : 80
Tous autres renseignements sur le site de l'INSEE

mardi 16 janvier 2018

Soirée raquette tartiflette organisée par l'Amicale. Pour l'instant la neige est là !

L'AMICALE DE PROVEYZIEUX organise sa traditionnelle soirée raquettes et tartiflette le 3 février prochain.
Vous préférez la raquette...

"Nous ferons une balade nocturne d’une heure environ, au départ de Pomarey en raquettes si la neige est là, sinon, ce sera en « baskets ». En fonction du nombre nous envisagerons 2 ou 3 groupes et 3 itinéraires : un facile, un moyen et un plus « sportif ». Le repas tartiflette sera pris ensuite dans la salle des fêtes.(Apéro/vin chaud, salade, tartiflette cuite dans le nouveau four à bois, salade de fruits, café/ infusions) "

 
La balade est réservée aux personnes en bonne santé et correctement équipées. Les enfants sont sous la responsabilité des parents.
... ou la tartiflette.. ou les deux ?

R.D.V. samedi 03 février à 18 H à la Salle des Fêtes de POMAREY
L’INSCRIPTION est conseillée pour le 31janvier à notre adresse : amicale.proveyzieux@laposte.net ou auprès d’un membre de l’Amicale
Tarif : 12€ , Ados (-de 15 ans) : 7€, Gratuit moins de 10 ans

TEL : Ch Balestrieri 04/76/56/85/23 , Ch Besançon 04/76/56/84/11 ,
MF Fontaine Vive-roux 04/76/56/84/89 ,

mercredi 10 janvier 2018

Pierre Faure, le maire de Quaix en Chartreuse dit ses quatre vérités à La METRO

Pierre Faure au récent repas des Anciens de Quaix
Lors de sa cérémonie de vœux, dans la commune de Quaix en Chartreuse, Pierre Faure n'a pas mâché ses mots à l'égard du fonctionnement de la METRO. Il faut dire que Christohe Ferrari, le président s'était déplacé pour écouter ce discours... qu'il n'a peut-être pas beaucoup apprécié. 
Ce qu'a dit tout fort le maire de Quaix, plusieurs de ses collègues le pensent très fortement, et pas seulement dans l'opposition.
Dans les rangs de la Communauté d'agglomération, ça brasse beaucoup, c'est rien de le dire. En tout cas, Pierre Faure assume ses propos.
Il fait aujourd'hui la Une du Dauphiné Libéré.
Voir aussi un résumé dans cet article du DL.

mardi 9 janvier 2018

Les prochaines soirées spectacles de l'Atrium du Fontanil Cornillon


Nous ne sommes pas du même monde
Vend. 12 / Sam. 13 janvier - 20 h 30
Dimanche 14 janvier - 17 h 30
Pièce de théâtre - Avec Bruno Jacovella et Anne-Lyse Boussy. 
Alex Henley TX & The French Bastards
Jeudi 18 janvier- 20 h 30
Une véritable rencontre explosive en prévision ! Une invitation à double sens, un véritable mélange des styles et des répertoires.
Demeter
Vendredi 19 janvier - 20 h 30
Trio bourré d’énergie et dopé à l'amitié, leurs textes en français sont toujours impliqués, directs mais mélodieux, pertinents et parfois poétiques.
Nuages de Swing
Jeudi 25 janvier - 20 h 30
Découvrez, redécouvrez cette musique qui, et cela se vérifie à chaque fois, plaît au plus grand nombre ! Battez du pied, tapez des mains : en concert chez vous ce soir, Nuages de Swing !

vendredi 5 janvier 2018

La route Quaix en Chartreuse-Sarcenas coupée par un glissement de terrain

Suite aux fortes pluies et intempéries de ce jeudi 4 janvier 2018, un glissement de terrain a eu lieu sur la Départementale 57 qui relie Quaix en Chartreuse à Sarcenas, plus précisément entre Pont de Vence et MontQuaix (voir carte).
Les services de Grenoble Alpes Métropole, qui assurent l'entretien de cet axe routier, ont indiqué que la route serait fermée jusque lundi 8 janvier inclus pour toutes circulations (piétonne y compris). 
Les engins de déblaiement interviendront lundi 8 et, si tout se déroule comme prévu, la route sera de nouveau ouverte à la circulation dès mardi 9 au matin.
Dans cette attente, pour rejoindre Sarcenas, il faut emprunter le route qui passe par le hameau de La Frette (depuis le Col de Clémencières) et rejoint le Col de Vence, puis Le Sappey en Chartreuse.
État des lieux (photo : Thierry Rouzier)
Autre conséquence de cet éboulement : la ligne TAG 61 sera limitée à l’arrêt Charpen samedi 6 (pour les réservations) et lundi 8. Une information précise est disponible sur le site : www.tag.fr rubrique info trafic ou en appelant 04 38 70 38 70.

dimanche 31 décembre 2017

samedi 30 décembre 2017

"Nous ne sommes pas du même monde"... du théatre pour commencer l'année culturelle à l'Atrium du Fontanil

Une pièce de Brigitte Massiot, avec Bruno Jacovella et Anne-Lyse Boussy

Cette pièce présente deux personnages que tout oppose. Elle, Léopoldine Vaillant née Lepot, mère au foyer, soudain tentée par les sirènes des rencontres par Internet, et lui, Vicomte Adhémar de Marteuil-Grognant, noble déchu, obsédé par l’hygiène et le rangement, reclus depuis quinze ans dans une chambre de bonne. Il la prend pour sa propriétaire venue constater un dégât des eaux, elle le prend pour son « bouc en rut » rencontré sur « essayezmoivousserezpasdecu.com ». Il aura suffit d’un lapin, d’une fausse adresse donnée sur ce site de rencontres pour que ces deux-là se retrouvent nez à nez, de part et d’autre d’une porte. Entre eux, c’est le choc de deux mondes, le virtuel et le réel, un résultat explosif. Quiproquos, rebondissements, répliques qui claquent et émotions, voilà de la comédie dans tout ce qu’elle a de plus jubilatoire. Les personnages sont attachants et intéressants par leur décalage, leur ignorance et leurs appréhensions du monde réel. Les deux comédiens interprètent avec sincérité ce cheminement vers cette découverte mutuelle au cours de laquelle les caractères, les rêves et les hésitations des deux personnages seront mis à l’épreuve. Un rapport sentimental naîtra entre eux, qui bousculera leurs habitudes et remettra en question le déroulement de leur existence.


Vendredi 12/01/2018 - 20 h 30 / samedi 13/01 - 20 h 30 et dimanche 14/01/2018 - 17 h 30
Réservation uniquement par téléphone au 06-74-19-71-96 ou par mail : lapetiteporte@improstars.com
Tarifs : 15 € / réduits 12 €
L'Atrium - 1 ter rue du Moulin - Fontanil-Cornillon 

vendredi 29 décembre 2017

Le projet de four de Quaix en Chartreuse avance

A l’initiative de la municipalité de Quaix en Chartreuse et après consultation des associations, un collectif d’habitants du village est en train de se constituer pour monter un projet, et, si tout se passe bien, coordonner la construction d’un four à pain au centre du village à proximité immédiate de la salle polyvalente pour l’organisation de manifestations festives.
Grace aux travaux de la commune, le terrain est identifié et disponible (terrain communal), un architecte bénévole travaille sur le sujet, le permis de construire est en cours d’élaboration et un Queylard a proposé de donner un vieux four à pain.
A l’image de ce qui a été fait à Proveysieux, il est souhaité que les études préliminaires (notamment le montage financier), la préparation des dossiers, la construction du four soit un moment de partage, de convivialité et d’appropriation pour tous les bénévoles volontaires.
A ce titre, le collectif d'habitants (*), envisage la création d’une association dédiée qui aura entre autre comme mission, la demande de subventions à la METRO. 
Une réunion est prévue le mercredi 17 janvier à la petite salle polyvalente pour : 

- Échanger avec l’ensemble des habitants intéressés ;
- Formaliser les premiers éléments de l’association (nom, statuts, bureau) ;
- Définir la structure des équipes techniques ;
- Accueillir les volontaires.
Un appel est fait aux volontaires et aux spécialistes en bâtiment (Terrassement, Maçonnerie, Charpente et Couverture, Zinguerie).
Pour anticiper la réalisation du four, le conseil municipal offrira la traditionnelle galette des rois. 

Si vous êtes intéressé, mais indisponible, faites-vous connaître auprès du collectif ou de la municipalité de Quaix en Chartreuse.
(*) Le collectif : JAQUINOD Michel, JOURDAN Jacques, MERLE Alain, MOIROUD Pierre, ROCHE Alain, VIANCE Marie Christine

mardi 26 décembre 2017

De la verdesse, du chardonnay, de la mondeuse et du persan... ces cépages devraient bientôt s'épanouir sur les flancs de la Bastille

Des vignes sur les piémonts de Chartreuse (crédit photo : PNR Chartreuse)
Comme son père et son grand-père avant lui, Laurent Gras va gérer des vignes sur les coteaux de la Bastille. La plus belle carte postale de Grenoble va s’enrichir d’un manteau de ceps… Avec des vins à l’image d’un terroir grenoblois ?

D’ici 2021, les Grenoblois pourront déguster un vin bio récolté sur la Bastille. Les premiers pieds ont été plantés. Hippolyte Gras, grand-père de Laurent Gras, le chef actuel du Pèr’Gras, le restaurant historique et emblématique de la Bastille, a exploité les vignes jusqu’en 1974. Son fils a ensuite pris la succession jusqu’en 1979 avant de jeter l’éponge. Mais l’histoire du vin à Grenoble, pourtant, est bien plus vieille que ça, puisque l’actuel gérant du restaurant a trouvé des photos du 19e siècle où des vignes et des vergers occupent les pentes jusqu’à Corenc… (*)

Depuis, la nature a repris ses droits mais le cuisinier avait à cœur de valoriser “encore plus” la “carte postale de Grenoble” et de remettre en place ces récoltes historiques. Accompagné dans son projet par des amis et clients qui ont financé le chantier, Laurent Gras a voulu refaire les choses telles que ses aïeuls les avaient faites. À l’ancienne : “On replante face à la pente, car historiquement cela permettait de freiner l’approche du fort”. Une protection stratégique et aussi un pare-feu efficace et naturel pour éviter les incendies. Le chef a également fait analyser les sols pour trouver des cépages adaptés à la terre de la Bastille. Et pour promouvoir le patrimoine de la ville, Laurent Gras a décidé de cultiver de la verdesse, un cépage local, et du chardonnay, qui plaît beaucoup à la clientèle internationale, pour ses vins blancs. Quant au rouge, il a misé sur l’assemblage de variétés régionales comme la mondeuse ou encore le persan. Les vignes prendront pied au fil des mois et vont bientôt décorer les pentes de la Bastille. En levant la tête, les anciens apprécieront de retrouver un paysage qui rappelle celui d’il y a 40 ans. Ceux qui n’ont pas connu découvriront ce nouvel habit qui rajoutera du charme au monument emblématique de Grenoble. 

Infos : Grenews 11/12/2017 (page 6) - Alexandre Muffon


(*) : La plupart des vignes ont été arrachées dans les années 1940. Chez le Per'Gras, en 1955, près de 5 hectares de vignes donnaient encore 60 000 bouteilles de vin mousseux.  
Infos : État de l'environnement dans l'agglomération grenobloise - Les défis à relever - Édition Campus ouvert - Jacques Wiart - Novembre 2017                                       

La Bastille, une zone naturelle à protéger

Malgré le côté intéresant du projet, il reste toutefois à faire tout cela dans les règles. Il semble, en effet, que le propriétaire se soit affranchi, du moins au début, de certaines lois environnementales propres au site. En effet, la Bastille est une zone protégée de Site Patrimonial Remarquable (SPR) indiqué dans l’Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) qui protège cette zone d’espace naturel. Ces terrains sont définis comme Réservoir de biodiversité par le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) et se trouvent en Zone Naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF type I). (...). Le propriétaire semble ne pas trop communiquer sur cet aspect du projet...
Pour plus de détails concernant cette règlementation, vous pouvez consulter l'article écrit en mai dernier sur le site de l'ADES.

dimanche 24 décembre 2017

Les traditions de Noël persistent

La crèche de Rigaudière
En cette veille de Noël, deux crèches ont été installées au cœur de deux hameaux du village de Proveysieux, une dans le cadre d'un bassin de Rigaudière, l'autre dans le four banal du Mollard.
L'occasion aussi de découvrir et de mettre en valeur notre petit patrimoine rural.
Peut-être d'autres sur les hameaux du haut... Faites-le savoir...
Proveysieux en Chartreuse vous souhaite un joyeux NOEL !


La crèche du Mollard

La Chartreuse est désormais distillée à Aiguenoire, au coeur du massif de Chartreuse

Au cœur de la nouvelle distillerie (photo : Instagram)
Après trois ans de travail et dix­-huit mois de chantier, le nouveau site de production d'Aiguenoire à Entre Deux guiers, au cœur du massif de Chartreuse, est opérationnel. Installées jusque­ là en plein cœur de Voiron, depuis 1935, les Liqueurs de chartreuse ont dû envisager leur déménagement en 2011, devant les nouvelles normes de sécurité appliquées aux entreprises de distillation d’alcool. Et c’est en 2014 que le site d’Aiguenoire a été sélectionné pour accueillir la nouvelle distillerie. Un choix logique, à quelques kilomètres du monastère de la Grande Chartreuse. Un choix de cœur aussi, le terrain appartenait déjà aux Chartreux en 1618. Après études, demandes d’autorisations préfectorales et appel d’offres, les travaux avaient débuté en mars 2016.
La production de chartreuse a été arrêtée à Voiron le 15 juin de cette année. Il a fallu ensuite déménager certaines cuves en inox vers Entre­ Deux­ Guiers. Les alambics, quant à eux, sont complètement neufs. La distillation n’a donc repris que le 6 novembre. « Nous avions anticipé cet arrêt. Depuis 2015, nous avions davantage produit pour avoir plus de stock. », précise le PDG de Chartreuse Diffusion.


L'embouteillage, quant à lui est prévu en 2020. Les premières liqueurs distillées à Aiguenoire arriveront alors à maturation en cave. Elles pourront donc être mises en bouteille à Aiguenoire dans trois bâtiments près de l’entrée d’Aiguenoire. 
Prochain rendez-vous, pour l'inauguration du site. Ce sera le 30 août 2018, soit 400 ans, jour pour jour, après l’acquisition d’Aiguenoire par les Chartreux.

Infos Dauphiné Libéré (payant)
Voir aussi le site "Grand Avenir", sur Aiguenoire

samedi 23 décembre 2017

France 3 a choisi le peintre Patrick Jager comme sujet d'un reportage

Un petit reportage sera diffusé sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, dans une série sur les « gens de la montagne », consacré au peintre Patrick Jager, habitant de Proveysieux.
L'équipe de télévision a filmé sa « Peinture du Souffle © » dans les conditions hivernales de la montagne, et ses résultats picturaux.

La diffusion du reportage aura lieu le 4 janvier à 19 h, sur FRANCE 3 Auvergne-Rhône-Alpes. Il sera aussi accessible en replay.

vendredi 22 décembre 2017

Dans les coulisses de la chocolaterie Bonnat à Voiron et maintenant à Paris


A Voiron, au pied du massif de la Chartreuse, la chocolaterie familiale Bonnat est un rendez-vous incontournable de la région. Résistant à la concurrence des grands groupes, elle collectionne les récompenses, avec un grand nombre de médailles gagnées dans les concours internationaux.

Le magazine de France 2, "13h15 le samedi" est allé à la rencontre du maître-chocolatier Stéphane Bonnat, qui travaille le chocolat comme un orfèvre, sous le regard averti de sa maman Nicole, 80 ans. Il met un point d’honneur à aller chercher lui-même ses fèves de cacao au Brésil ou au Mexique, chez des producteurs locaux qu’il paie au juste prix.
Les journalistes ont accompagné ce fils, petit-fils et arrière-petit-fils de chocolatiers-confiseurs. Il lui restait encore à relever le défi de conquérir Paris. Depuis la mi-novembre, une chocolaterie Bonnat a aussi ouvert ses portes en plein centre de la capitale…

A visionner en cliquant ici

jeudi 21 décembre 2017

Des visites proposées par l'Office de Tourisme de Grenoble pour le premier semestre 2018

L'Office de Tourisme de Grenoble vient de mettre en ligne la liste des visites organisées dans la capitale des Alpes, voire aux alentours. Des nouveautés et plusieurs sorties programmées autour du 50ème anniversaire des Jeux Olympiques.
Voir le détail du programme avec réservations en ligne.

mercredi 20 décembre 2017

Opération de recensement sur Proveysieux et Quaix en Chartreuse en début d'année 2018

Le recensement de la population aura lieu du jeudi 18 janvier au samedi 17 février 2018
Cette année, le recensement se déroule dans 7000 communes de moins de 10 000 habitants, dont Proveysieux et Quaix en Chartreuse.

Vous pouvez avoir toutes les informations en vous connectant sur le site d'information de l'INSEE.
Vous pouvez aussi consulter les résultats 2014 des communes de Proveysieux et Quaix en Chartreuse.

lundi 18 décembre 2017

Enfin un vrai hiver nous disent certains... C'était comment avant ? Pendant l'hiver 69-70, il était tombé 3,25 mètres de neige au Gua avec 88 jours de neige au sol ! Ca laisse réveur !


Oui,un vrai hiver, mais un hiver du XXIème siècle ! J'ai eu la curiosité de me plonger dans les archives de l'Echo et suis tombé sur un article de Denis Fabre qui date du printemps 1985 - N°32. Pas si vieux quand même, mais décoiffant quand on lit ce que Denis a écrit, témoignant des relevés de la station météorologique du Gua dont s’occupaient Aimé Roche puis Gaston Chabert.
Quelques exemples, en 1971-72-73, 126 à 130 jours de gel par an. De 1967 à 1981, 90 jours de gel en moyenne par an. (Entre 2006 et 2016, on est autour de 50 jours). En 69/70, 88 jours de neige au sol !
A lire sans modération, surtout pour ceux qui auraient encore des doutes sur le dérèglement climatique..
.
*****************************************
LE FROID : UN HIVER PARMI D’AUTRES

Drôle d’hiver ! La vague de froid de janvier 1985 a secoué nos tuyauteries et perturbé notre vie quotidienne. Et puis, la douceur et les pluies sont revenues. Mais nous n’oublierons pas ces quinze jours "sibériens".

Janvier 85 : comparaison avec d’autres périodes froides
dans le département de l'Isère :
Regardons d'abord les températures minimales enregistrées aux stations de la Météorologie Nationale en Janvier 1985 :

Grenoble - St Martin d'Hères :  - 17,9°
St Hilaire du Touvet : - 21°
St Pierre (Grande Chartreuse) : - 21,4°
Grenoble - St Geoirs : - 25°
Autrans : - 25,5°
Villard de Lans : -28° (le 7 janvier)
Proveyzieux (le Gua) : - 19,5°

Si l'on cherche des points de comparaison on pense tout naturellement à deux hivers précédents réputés très froids : 1956 et 1971. 
- En février 1956, la vague de froid durait un mois ; on enregistrait - 20° à Grenob1e, - 24° à St Hilaire, -23° à St Pierre. La station de Proveyzieux n'existait pas encore. En 1971 la période de froid était double : première descente des thermomètres en janvier avec - 20,3 à Grenoble, - 15 à St Hilaire, - 17 à St Pierre, - 16 à Proveyzieux et - 27 à St Geoirs (les Terres Froides n'ont pas volé leur nom !). 
- En mars 1971, deuxième période glaciale avec - 15 à Grenoble, - 17 à St Hilaire, - 17,5 à St Pierre, - 15 à Proveyzieux et - 24 à Autrans.
Tous les records n'ont donc pas été battus partout mais une chose parait sûre : le froid enregistré pendant deux semaines a probablement été le plus tenace depuis que les relevés systématiques existent pour notre région (1946) : 14 jours sans dégel et le maximum le plus bas, avec - 8,9° seulement sous abri, pendant la journée du 7 janvier à Grenoble.

Le froid a Proveyzieux

La station météorologique de Proveyzieux est installée au Gua depuis 1961 sous la responsabi1ité de Mr Aime ROCHE. Elle nous offre maintenant plus de vingt ans d'observations journalières très précieuses. L’Écho vous a déjà présenté des données sur la pluie (n°5 et 8) et sur la neige (n°19). Nous avons examiné cette fois-ci les données sur le froid. Le tableau joint présente pour les années 1967 a 1981, les valeurs des minimas absolus, le nombre de jours par an et par mois relatifs au gel (temp. inférieures à 0°), aux fortes gelées (temp. inférieures à -5°) et aux journées sans dégel.
Les mois les plus froids correspondent naturellement aux journées les plus courtes (décembre et janvier). Mais plusieurs anomalies sont visibles, en ce qui concerne les minimas absolus, comme celles citées plus haut, de février 1956 ou de mars 1971. Bien plus que les températures les plus basses ce sont les jours de gel qui caractérisent les années froides. On est ainsi frappé par la période 71-72-73 qui se singularise non seulement par ses minimas de -13 a -16 mais p1us encore par le nombre de jours de gel de 126 a 130 par an alors que 1a moyenne n'est que de 90.
Les jours vraiment froids sont les jours sans dégel et l'on est finalement frappé par leur petit nombre : 8 seulement chaque année en moyenne.
Non, Proveyzizux, village de moyenne montagne, bien abrité et bien exposé, n'est pas une commune froide !

Le tableau ci - dessous donne quelques caractéristiques de ces derniers hivers a la station du Gua.

Hiver
H. totale
 de neige
Nbre jours
de neige
au sol
Maximum
Particularités
61-62
115 cm
13
Février (95cm)
***
62-63
97cm
38
Février (39)
***
63-64
16
11
Décembre (7)
Pas de neige en février
64-65
283
61
Janvier (107)
Dernière neige le 20 avril
65-66
144
27
Mars (51)
Pas de neige en février
69-70
325
88
Mars (106)
80 cm au sol 1e 6 mars
70-71
130
49
Décembre (50)
11 neige le 21 octobre
71-72
274
57
Novembre (110)
50 cm tombés le 23 nov.
72-73
309
53
Février (140)
pas de neige jusqu'au 15 janv.
même a la Charmette
73-74
152
22
Février (75)
pas de neige jusqu’a fin Janvier.
74-75
175
24
Avril (75)
30 cm tombés le 10 avril
75-76
120
31
Février (30)
20 cm tombés le 24 avril
76-77
125
28
Janvier (75)
***
77-78
319
57
Février (155)
90 cm au sol le 10 février





Moyenne
 sur 20 ans
180
42
Février


Si l'on regarde attentivement ce tableau, on remarque d'abord qu'il n'y a aucun hiver qui se rapproche de l'hiver moyen.
D’autre part, on peut définir en gros trois types d'hivers :
- hivers froids avec beaucoup de neige exemples : 69-70 ; 80-81
- hivers assez doux avec beaucoup de neige, exemples : 65-66 ; 73-74 ; 74-75 " ‘
- hivers doux avec peu de neige, exemples : 62-63 ; 63-64.

On constate encore que de 73 à 77 les hivers se sont suivis et ressemblés en nous habituant peut-être à un caractère peu rigoureux. Ce fut, faut-il le rappeler, une des causes de fermeture du téléski de Planfay avant que les règlements de sécurité ne l'achèvent.

En conclusion, on doit constater que l’hiver que nous connaissons est un bon hiver comme on en voit que tous les dix ou vingt ans du point de vue de la neige. Son souvenir qui sera marqué de plus par l'image des avalanches de Pomarey (dues a un réchauffement rapide après une grosse chute et sans doute beaucoup plus extraordinaires que la hauteur de neige), restera dans nos mémoires. Mais qui nous dit que le prochain sera plus clément ?

Denis Fabre